dimanche 29 septembre 2013

Bataille de nappes



Bataille de nappes

Nous sommes en 2003.

Le 2 avril dernier, se déroulait à Chicago le plus grand événement jamais conçu par l'humanité.
Une bataille de nappes de table gigantesque étalée sur 7000 hectares.
Comment une idée aussi folle est-elle née ? de qui et pourquoi ?

Jacques Laguigner est un grand collectionneur d'araignées d'eau au Texas, il en a plus de mille six cents, toutes marquées au fer rouge pour mieux les reconnaître. Il les aime et les bichonne ; Il leur donne à manger des miettes de calamar séchées et change l'eau de leur bac de 800 litres trois fois par jour. C'est un vrai passionné.
Hier à peine, à 22h00, Jacques réveillé par un bruit étrange se leva.
Il cru entendre au loin la voix d'une araignée qui lui disait "Viens Jacques, lèves toi, je t'en prie mets tes chaussettes"... Alors, guidé par cet étrange message, Jacques alla vers son entrepôt qui était à 5 minutes en 4X4 de son ranch. Arrivé là-bas, il vit une araignée d'eau qui s'était échappée du bac malgré la rambarde de sécurité : elle rampait au sol à moitié desséchée. Jacques paniqué la remis immédiatement dans son élément, et l'araignée sauvée se mit à nager comme si de rien n'était. Jacques rayonnait de joie, il avait sauvée celle qui l'avait appelé 5 minutes auparavant. D'un seul coup, l'araignée se mit à nager de plus en plus vite en regardant Jacques... elle faisait de drôles de dessins dans l'eau. Jacques essayait de décrypter le message, ça avait l'air d'être des mots, mail il n'y voyait pas bien et puis l'araignée écrivait mal. Au même instant, Jacques entendit une voix dissonante lui dire à l'oreille "tu es l'élu Jacques, tu es le nouveau guide de cette planète et tu dois réaliser ce que tu sais depuis toujours ... maintenant, va !"
Et Jacques s'en alla les yeux encore grand écarquillés par cette folle nouvelle.
Il se recoucha et le matin se réveilla les yeux encore grands ouverts, c'était la première fois qu'il dormait les yeux ouverts toute la nuit.
Jacques n'était plus le même, il était comme métamorphosé.
Il savait.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire