dimanche 31 décembre 2017

Céphalophore

Petit, j'adorais me promener avec mon grand père qui me racontait alors l'histoire de la ville de Bayonne, dont une qui m'a marqué plus que les autres : une céphalophorie. C'est l'histoire de Léon de Carentan, un évéque de Bayonne qui deviendra plus tard "Saint Léon", le patron de la ville de Bayonne. Vers 890, des pirates vikings lui aurait coupé la tête près de la Nive ; Léon une fois la tête coupée se serait relevé et aurait ramassé sa tête, puis marché une centaine de mètres avant de s'effondrer au sol, d'où jaillit une fontaine miraculeuse. Cette histoire me paraissait incroyable : il fallait une force surhumaine pour avoir la force de ramasser sa tête sans même y voir ?! Je n'avais évidemment pas toutes les réponses, mais cette histoire me fascinait, et il y avait même une preuve concrète me prouvant la véracité de l'histoire : la fontaine miraculeuse de Bayonne !

Dans une interview des Pixies, Black Francis disait que leur dernier album avait failli s'appeler "Céphalophore", le nom qu'on donne aux personnes qui portent leur tête coupée (céphalo : tête, et phore : porter), dont nombreux sont des Saints. Finalement leur dernier album s'est appelé "Head Carrier" (support de tête / porter sa tête), car leur producteur pensait que personne ne pourrait prononcer "Céphalophore". Dommage, je trouve personnellement que ça sonne beaucoup mieux que "Head Carrier", qui est par ailleurs un excellent album. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire